Le forum a fermé ses portes (mais les laissera entrouvertes) après des années d'échanges extraordinaires ! Merci d'en avoir fait partie !
 
S'enregistrerAccueilRechercherFAQConnexion

Partagez | 
 

 La lumière déchirée - 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Stop ou encore !
Stop, par pité
0%
 0% [ 0 ]
Oh oui, oh oui, la suite !
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 0
 

AuteurMessage
Aralf
Bédélien assidu
Bédélien assidu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 405
Age : 53
Localisation : Provence
Emploi/loisirs : Poésie
Humeur : nostalgique
Date d'inscription : 23/02/2010

MessageSujet: La lumière déchirée - 1   Lun 6 Sep 2010 - 14:11

.

Comme promis sur un autre post, voici pour ceux qui aiment la Science-Fiction, le début d'un roman que je suis en train, que je tente d'écrire ! Je serai ravi d'avoir vos opinions et surtout vos critiques; ça m'aidera à avancer !


La lumière déchirée


Chapitre premier


Les soutes emplies de minerais en provenance du système d'Hexter, les lourds cargos de la flotte d'Estel approchaient de la planète Zerdïa. Autour d'eux veillaient les croiseurs de combat et l'Estel vaisseau-amiral, immense cuirassé aux formes torturées. "Estel" représentait tour à tour le vaisseau-amiral, son commandant ou le nom même de cette famille, l'une des plus puissante de la galaxie. Comme chacune des quelque cent quinze familles majeures, l'Estel ne se dispersait jamais; ses vaisseaux voyageaient ensemble pour ne pas se perdre dans les distorsions et les incertitudes temporelles des routes hyperluminiques.

- Zerdïa en visuel, commandant. D'autres vaisseaux sont présents en orbite, probablement une autre famille...
- Envoyez nos codes de reconnaissance.
- Aucune réponse...
- Identification ?
- Toujours pas de réponse... Ils sont en brouillage radio.
- Passez en position de combat. Toujours pas d'identification ?
- C'est l’Elshal, mon Commandant !
- L’Elshal ? Vous êtes sûr ?
- Aucun doute.

Paul d'Estel, le jeune Commandant de la famille n'avait encore jamais eu à affronter une situation aussi délicate. Une ride d'inquiétude barrait désormais son front. Dans quelques instants, il le savait il aurait à prendre des décisions vitales pour l'avenir des siens. L'absence de son père, rendu à l'espace quelques phases plus tôt, se faisait cruellement sentir; qu'aurait-il fait ?

Paul se retourna vers sa sœur, qui poursuivait son apprentissage et secondait aujourd’hui l’officier en charge des systèmes de détection et d’identification :
- Ann, avons-nous jamais eu des problèmes avec l'Elshal ?
- Je ne le crois pas.
- Sois en sure, bon sang !
- Désolé de te décevoir, mais je ne trouve aucune trace de conflit entre nos deux familles. Pas même un ennemi commun...
- Qu'est-ce qui leur prend !?

- Commandant leur flotte se présente en position de combat.
- Option de tir ?
- Elle nous est largement favorable, nous les avons surpris en pleine manœuvre.
- Communication, toujours pas de réponse?
- Négatif.
- Envoyez "Intentions pacifiques, pourquoi voulez-vous combattre ?" et répétez le message sans cesse.

- Commandant il ne nous reste que peu de temps, l’Elshal va tenter de s'abriter derrière Zerdïa et cela annulera notre avantage actuel...
- Simulation de perte ?
- Faible; de 5 à 10 % pour une élimination presque totale de l’Elshal.
- Armement, préparez vous à lancer les torpilles.
- Torpilles prêtes sur tous vaisseaux.
- Communication, passez- moi en contact audio.
- C'est à vous Commandant.
- " Elshal, de l'Estel, nous n'avons aucun motif de vous détruire, mais nous le ferons si vous persistez dans votre attitude, rompez la manœuvre "
- 30 secondes, Commandant.
- " Elshal, de l'Estel, si nous avions vraiment eu envie de tirer cela aurait déjà été fait... Nous ne vous voulons aucun mal, il ne vous reste que quelques secondes pour me croire ... "
- 15 secondes
- À mon signal seulement ...
- Dans moins de 10 secondes, nous les perdons ...
- Attendez encore.

Une voix se fit entendre sur la console de communication audio
« Estel, de l’Elshal, ne tirez pas nous modifions notre position… »
- Commandant ! Ils modifient leur manœuvre... position pacifique...

Paul d'Estel se rendit compte de la douleur dans ses mains, tant il avait serré les accoudoirs de son fauteuil. Il décontracta ses phalanges et prit tout son temps pour laisser se calmer les battements furieux de son cœur.
- Communication, repassez- moi en audio.
- Allez-y, Commandant
- " Elshal, de l'Estel, pourquoi avez-vous autant tardé à répondre ? "
- " Estel, de l'Elshal, retrouvez- moi dans deux heures dans la tour de l'astroport de Zerdïa, je vous en dirais plus. Fin de communication."

Paul repoussa vivement son fauteuil et se leva d'un bond
- Rendez-vous dans vingt minutes au sas d'embarquement, préparez deux navettes et une escouade fortement armée; on ne sait jamais...
- Attendez Comandant ! Le Croiseur BC 15 nous signale que ses scans ont repéré des débris au large du satellite de Zerdïa; probablement plusieurs vaisseaux. Ils sont encore relativement groupés, la bataille doit être récente. Devons-nous aller les inspecter.
- Inutile l’Elshal nous en dira plus; probablement l'œuvre de pirates...

Ann rattrapa son frère dans la coursive
- Paul, tu devrais emmener Milov avec toi ...
- Qui donc ?
- Milov ! Tu sais bien l'émissaire du Conseil de l'Union qui a embarqué avec nous à la dernière escale...
- Quoi ! Ce fou qui n'a cessé de me rebattre les oreilles avec ses envahisseurs extragalactiques. Que viendrait-il faire avec nous ? Remarques tu as raison, avec un peu de chance, il débarquera sur Zerdïa ou alors il ira prêcher la bonne parole du Conseil à bord de l’Elshal !
- Tu es ridicule Paul. Le point de vue du Conseil mérite d'être écouté, ils sont en possession d'informations que nous n'avons pas. Tu l'as dit toi-même la réaction de l’Elshal n'est pas normale.
- Je n'ai que faire des informations des parasites du Conseil. Mais je n'ai pas envie de me disputer avec toi petite sœur. Dis-lui de venir si ça lui chante.

L'Estel était un immense vaisseau, mais son automatisation était telle que l'équipage se réduisait à une centaine d'hommes et de femmes, commandés par dix officiers, et à une centaine de commandos. Mais l'Estel était comme tous les vaisseaux de la flotte l'unique lieu de vie des familles et il fallait rajouter à ce nombre des enfants et des vieillards. Ann se rendit rapidement à la cabine de Milov. Celui-ci l'accueillit un sourire crispé aux lèvres.
- Ann, je suis heureux de vous voir. Que s'est-il donc passé ? Toutes les communications ont été coupées ainsi que l'accès aux autres secteurs.
- Ne perdez pas de temps. Passez une combinaison extérieure et suivez-moi, vous allez débarquer sur Zerdïa avec mon frère. Je vais vous expliquer.

Milov se dirigea vers la console, demanda une combinaison extérieure et attendit quelques instants avant d'ouvrir le compartiment et de s'en saisir. Pour spacieuse qu'elle soit, la cabine qui lui avait été affectée ne comportait qu'une pièce et Milov recherchait désespérément comment se soustraire au regard de la jeune femme. Ann, qui ne semblait pas s'apercevoir de son malaise, commença à narrer les récents événements, en insistant sur leur ressemblance avec les informations en provenance du Conseil de l'Union, que Milov avait en vain essayé de faire admettre à Paul d'Estel. Elle conclut :
- Voilà pourquoi votre présence sur Zerdïa me paraît importante. Mais dépêchez vous donc ! J'ai déjà eu du mal à vous y faire accepter, mais je doute fort que Paul vous attende ...
- Je vous en remercie, mais pour mettre cette combinaison, j'ai d'abord besoin d'ôter mes vêtements actuels et ...
- Peste ! Pardonnez-moi, j'avais oublié la pudeur exacerbée des extérieurs. Je vous attends dans la coursive. Faites vite !
Ann sortit, mais avant que la porte ne se contracte à nouveau, elle se retourna un sourire aux lèvres :
- C'est amusant Milov, je n'avais pas encore remarqué que votre front était aussi rouge !



La navette se posa dans le hurlement de ses réacteurs, sur un emplacement vacant de l'astroport de Zerdïa, sans attendre la moindre autorisation officielle. La soute arrière s'ouvrit pour laisser débarquer une vingtaine d'hommes vêtus de cuirasses noires barrées de deux diagonales blanches. Ceux-ci se déployèrent rapidement sous les ordres du Capitaine Prial, un vieil officier au regard impassible.
Prial fit un geste à peine distinct et Paul sortit à son tour, Milov sur les talons. Les pistes de l'astroport étaient désertes. Les quelques vaisseaux posés sur les divers emplacements étaient inertes, toutes les opérations de chargement, de déchargement ou d'entretien avaient été suspendues. Paul avança sans hésiter vers la tour de l'astroport. Les hommes du capitaine Prial encadraient leur commandant fusil d'assaut à la hanche, prêts à faire face à toute situation; la navette avait braqué son canon énergétique sur les bâtiments zerdïens et l'Estel disposait dans l'espace d'une puissance suffisante pour réduire la planète entière en cendre. Paul avançait serein.

À l'entrée de la tour, un officiel zerdïen, vêtu manifestement à la hâte d'un costume de cérémonie aux couleurs ridicules, tenta de barrer la route à l'escouade :
- Je proteste officiellement et solennellement au nom du gouvernement de Zerdïa, contre de telles méthodes. Notre souveraineté...
Les soldats ne lui laissèrent pas le temps de terminer sa harangue. Ils l'empoignèrent sans ménagement et l'amenèrent devant Paul, non sans avoir consciencieusement vérifié qu'il ne dissimulait pas d'arme. Il réitéra ses protestations officielles.
- Je n'ai que faire de la souveraineté de Zerdïa. J'ai un problème bien plus urgent à traiter. Où est l'Elshal ?
- A l'étage, juste au-dessus de vos têtes. Mais ne soyez pas vexés, j'ai émis les mêmes protestations auprès de l'Elshal.
- Il a dû trembler ! Combien sont-ils ?
- À première vue, à peu prés autant que vous.
- Parfait. Je suppose donc qu'ils ont fait évacuer les forces de police de Zerdïa et que nous pouvons monter tranquilles.
- Exact, mais à ce sujet permettez-moi à nouveau...
- Allons-y Prial. Nous avons assez perdu de temps.

Les commandos entrèrent dans la grande salle où se trouvait déjà l'Elshal. Lorsque Paul et Milov y pénétrèrent à leur tour, les deux escouades se faisaient face. Si le moindre incident éclatait, nul en un tel lieu ne pourrait échapper à la puissance dévastatrice des armes qui y étaient rassemblées. Paul s'avança pourtant et saisit franchement la main que lui tendait l'Elshal. Ce dernier dominait Paul de plus d'une tête et ses cheveux grisonnant trahissaient un âge déjà avancé. Milov s'était également avancé, mais Paul ne prit pas la peine de le présenter.
- Nos deux familles n'ont jamais connu de conflit et nous avons été fort surpris de votre attitude.
- J'en suis sincèrement désolé Estel, mais nous nous sommes présentés devant Zerdïa peu de temps avant vous et deux de nos vaisseaux restés en arrière ont été détruits par un ennemi assez puissant pour qu'ils n'aient pas même le temps de se défendre.
- Des pirates ?
C'est l'une des explications possibles, mais les pirates s'attaquent habituellement à des cargos ayant valeur marchande. Les vaisseaux visés étaient de modestes frégates possédant quelques torpilles pour toute richesse.
- Vos frégates ont peut-être au contraire surpris un vaisseau pirate qui aura riposté.
- Il semblerait que ce soit plutôt l'inverse; nos vaisseaux n'ont rien signalé à l'Elshal et n'ont fait usage d'aucune arme.
- Une autre famille ?
- Possible et c'est bien pour cela que nous étions sur la défensive. Nous avons quelques différents en cours, mais nous n'avons repéré aucun autre vaisseau. Voilà pourquoi je tenais à vous voir en personne. Je ne tiens pas à ce que toute la galaxie soit au courant de cette mésaventure.

C'est ce moment que choisit Milov pour intervenir :
- Des faits semblables et tout aussi inexplicables se sont produits à de très nombreuses reprises. Jusqu'à présent, seuls des navires marchands avaient été détruits, mais sans même être pillés...
L’Elshal regarda durement Milov, mais s'adressa pourtant à Paul d'Estel :
- Qui est-ce ?
- Je suis Milov Ezérian, émissaire du Conseil de l'Union...
- Taisez-vous Milov, l'interrompit brutalement Paul. Je ne vous ai pas autorisé à prendre la parole.
- Que fait un membre du Conseil à votre bord ? Demanda l'Elshal.
- Il m'empoisonne la vie ! J'ai accepté sa présence à notre dernière escale. Il devait me faire des révélations capitales pour la sécurité de la galaxie.
L'Elshal partit d'un rire franc.
Malgré la réprimande de Paul, Milov reprit la parole :
- Les faits qui viennent de se dérouler à proximité de cette planète corroborent les théories du Conseil.
- Balivernes ! Des vaisseaux ont été détruits. J'en suis sincèrement désolé pour l'Elshal, mais la galaxie n'en est pas pour autant en péril. Capitaine Prial, faites reconduire cet homme à la navette et qu'il n'en bouge plus.
Deux hommes empoignèrent Milov et l'entraînèrent à l'extérieur. Paul reprit :
- Revenons à des choses plus sérieuses. Vous êtes arrivés avant nous sur Zerdïa, vous avez donc la priorité dans les échanges.
- Ne vous faites pas de souci pour cela. Si comme je le suppose vous transportez des minerais, vous n'aurez aucune difficulté à les écouler. Nous avons déjà traité avec le gouvernement de Zerdïa et nous n'avons pas satisfait toute sa demande. Par contre vous aurez peut-être plus de mal si vous souhaitez emporter d'autres marchandises; leurs entrepôts sont loin d'être plein.
- Nous n'avons que faire de leurs objets de pacotilles. Nous comptions de toute façon repartir à vide.
- Alors c'est parfait, je vais de suite regagner l'Elshal et faire transborder nos cargos. Nous avons déjà perdu trop de temps. Bon voyage et restez unis.
- Restez unis vous aussi. Conclut Paul.

Revenir en haut Aller en bas
Nina K
Bédélien assidu
Bédélien assidu
avatar

Féminin
Nombre de messages : 986
Age : 51
Localisation : Strasbourg
Emploi/loisirs : peintre et divers bricolages
Humeur : surchargée !!
Date d'inscription : 17/04/2010

MessageSujet: Re: La lumière déchirée - 1   Lun 6 Sep 2010 - 14:23

Wow, je suis moi meme une grande fan de science fiction, et je dois dire que ce roman s'annonce bien !
Si je puis me permettre par contre.. mais attention je ne connais rien a l'écriture hein.. il y a un "je ne sais quoi" de trop rapide peut être un manque de description des décors ? enfin c'est vraiment pour dire quelque chose
Revenir en haut Aller en bas
Aralf
Bédélien assidu
Bédélien assidu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 405
Age : 53
Localisation : Provence
Emploi/loisirs : Poésie
Humeur : nostalgique
Date d'inscription : 23/02/2010

MessageSujet: Re: La lumière déchirée - 1   Lun 6 Sep 2010 - 14:39

Nina K a écrit:
il y a un "je ne sais quoi" de trop rapide peut être un manque de description des décors ?

Je pense que tu as entièrement raison et j'en suis conscient. Mais au départ l'univers que je créé est "sec" et il ne m'est pas facile de décrire des choses que je n'ai pas encore "vues". Au fur et à mesure que j'avancerai dans le récit, les personnages se préciseront, leur psychologie, leur passé, leurs manies, ainsi que tous les détails de "décor" : architecture, technologie etc. Le gros avantage du traitement de texte, par rapport à la plume de nos ancêtres ou à la machine à écrire, c'est que je peux revenir en permanence et enrichir ce qui n'est encore qu'un squelette.
Non seulement les descriptions sont encore trop sommaires, mais je pense aussi que l'action est trop linéaire. Il manque des intrigues ou du moins des sujets d'intérêts secondaires qui viendraient (viendront) enrichir l'histoire...
Merci de tes remarques !
Revenir en haut Aller en bas
simone
Bédélien très bavard !
Bédélien très bavard !
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6393
Age : 83
Localisation : Provence
Emploi/loisirs : seniorina, peintre autodidacte en pré-retraite
Humeur : ne peux plus mieux faire !
Date d'inscription : 28/05/2008

MessageSujet: Re: La lumière déchirée - 1   Lun 6 Sep 2010 - 18:31

Intéressant, effectivement les changements de situation sont rapides et les descriptions sommaires mais cela va s'affiner puisque tu en as conscience... allez j'attends la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La lumière déchirée - 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
La lumière déchirée - 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La lumière déchirée -suite et récap depuis le début
» La lumière déchirée - 4
» [Calmel, Mireille] La reine de Lumière - Tome 1: Elora
» Les 10 meilleurs reflex numériques en basse lumière selon DxO
» Lumière continue ou flash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
( FERMÉ/ENTROUVERT] La Base de Loisirs Artistiques et Créatifs :: COIN DE VOS OEUVRES TERMINEES :: Les MOTS Enchanteurs et les Duo avec peintres (Poésie/Peinture)-
Sauter vers: